espis_003_BIS1_320x200_Par Anne Marie JARRY qui a créé l’Association « « LES AMIS DE TEDDY » afin d’aider les enfants et les dispensaires du Cameroun.
Lien : www.lesamisdeteddy.fr

« A mon lumineux Teddy, dont l’Amour continue à m’éclairer… »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le 17 Septembre 2006, se produisit dans ma vie la pire des tragédies ; mon amour de Teddy, mon fils unique de 19 ans fût arraché à la vie par un chauffard.
Je ne m’étendrai pas sur tous les sentiments torturants occasionnés par la pire des injustices. Je ne voyais pas alors d’autre échappatoire à la souffrance que de partir aussi, mais pas avant de finaliser son album musical qui lui tenait tant à cœur ici, mais également trouver une façon de lui rendre hommage au travers d’une association venant en aide aux enfants en Afrique, Teddy ayant un jour manifesté son désir de partir avec moi dans le but d’adopter une petite fille.
Ces projets ont commencé à se mettre en place très vite mais de mon côté, dans le plus grand secret, je préparais mon départ dans les moindres détails pour que tout soit plus facile pour ma famille.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est Teddy qui m’a aidé à avancer pour mener les projets à bien grâce aux signes très forts qu’il m’envoyait dès le début de son absence.

Après le drame on nous avait ramené Teddy à la maison ; il avait toujours su que j’avais eu des signes après les décès de mon oncle puis de ma maman ; je le regardais maintenant dormir de son sommeil sans fin et pourtant, ne pouvant accepter que tout soit terminé pour lui, je lui parlais, lui rappelant les signes donnés par notre famille et lui disais que de la même façon qu’il avait ici réussi à merveille tout ce qui le passionnait, j’étais persuadée qu’il en ferait de même de « l’autre côté »et qu’il serait très fort pour nous en envoyer, pour se manifester.
Pensant qu’il percevait mes projets funestes personnels, je lui disais de s’élever, de ne pas rester attaché à cette terre, de ne pas regarder derrière mais toujours devant.

Je portais autour de mon cou une chaîne dont le pendentif est un cœur qu’il m’avait offert et une deuxième chaîne lui appartenant et dont le pendentif représente un T.
Le matin de la cérémonie, en prenant ma douche, la chaîne avec le cœur s’est ouverte et est tombée ; mon réflexe a été de penser que c’était Teddy qui me faisait comprendre que si par mégarde j’accrochais les bijoux, je perdrais les deux chaînes. Je l’ai donc rattachée constatant que le fermoir fonctionnait apparemment bien, puis l’ai laissée prudemment à la maison.
Un peu plus tard, en sortant du cimetière, la lettre T de l’autre chaîne s’est décrochée et je l’ai récupéré dans mes vêtements, comme si je ne devais pas le perdre…
Désirant tant que ce soit déjà Teddy qui m’adresse des signes dans le but de me prouver qu’il était bien toujours vivant, j’ai dit à ma meilleure amie qui était témoin, que j’étais sûre que tout cela venait de lui. Ces deux chaînes ont été vérifiées par un bijoutier qui n’a rien trouvé d’anormal, et qui n’a donc rien réparé, et qui a même été jusqu’à dire qu’il ne pouvait pas croire que la lettre T était tombée, parce que c’était impossible !
J’ai alors parlé à Teddy, le remerciant de tout mon cœur meurtri.

Le lendemain de la cérémonie, à l’aube, ayant pourtant encore les yeux fermés, j’ai visualisé ma position dans le lit, celle de son papa ainsi que la façon dont été disposée la couverture jusqu’à voir le détail des plis formés.
Puis j’ai vu Teddy à genoux sur le lit à ma droite, resplendissant, sans blessures et qui me taquinait en me donnant de petites bourrades. Je lui disais :
« Mais toi, Teddy, toi ! Comment tu te sens ? Comment tu vas ???? »
Et il m’a répondu « Mais t’inquiètes, très bien, très bien, t’inquiètes » en souriant et tout en s’éloignant ; il était tout entouré d’une bande blanche vaporeuse large d’environ 2 ou 3 cm. J’ai ouvert les yeux en même temps que je criais à son père « est-ce que tu l’as vu ? »et là, je me suis rendue compte que tout était comme je l’avais vu les yeux fermés ; nos positions, celle de la couverture ainsi que les plis qu’elle formait.
J’étais sûre que j’avais bien vécu ce moment magique et j’en ai eu confirmation quand on m’a dit plus tard que ce large trait blanc que j’avais vu autour de lui s’appelle « l’ Aura », un phénomène jusque là totalement inconnu pour moi.
Je n’avais donc pas pu me conditionner pour voir quelque chose dont je ne soupçonnais pas l’existence !

Dans les tous premiers jours aussi, à deux reprises, j’ai senti le poids et la forme d’une main se poser sur la mienne quand je me suis couchée ; je n’ai jamais eu le doute tellement c’était réel, et j’étais si émue que je ne bougeais plus pour en apprécier l’instant le plus longtemps possible.

Un autre soir, quand je me suis allongée, ce sont des caresses très douces, très légères qui passaient sur mon front ; des sensations inconnues jusque là. Je le félicitais, lui disais combien il était doué comme je m’en étais doutée..C’est étrange mais je n’étais pas étonnée ; j’étais certaine qu’il serait capable de bien des choses car il savait combien j’en avais besoin.

Puis, c’est un chrono dans sa chambre qui ne fonctionnait plus et qui s’est mis à marcher à nouveau tout seul, et à sonner plusieurs fois par jour.

La première manifestation qui s’est produite avec les ampoules a été très impressionnante ; deux ampoules dans la chambre de Teddy et au salon se sont éteintes et rallumées en même temps ; a suivi un bruit tellement fort que la personne que j’avais au téléphone l’a entendu !
Seule, j’avoue avoir eu peur et c’est peut-être pour cette raison que depuis, tous les signes que j’ai par la lumière sont des clignotements ; cela a lieu tous les jours à la maison et partout où je me trouve, souvent avec des témoins.
Depuis le départ de Teddy, sa chambre est allumée jour et nuit ; c’est pour moi symbolique du souvenir de l’être lumineux qu’il a été dans la vie de tous.

Des objets aussi dans différentes pièces de la maison sont souvent tombés.

TDY_ciel_14.10.06-2_Resolution_de_l_ecran_320x200_Le 14 Octobre 2006, surlendemain de notre visite à la Sacem en vue de monter un dossier pour Teddy en tant qu’artiste posthume, et afin de protéger son travail, nous nous retrouvons à la maison avec une dizaine de jeunes ami(e) s de mon fils pour leur en parler.
Antoine, son meilleur ami qui se plaignait jusque là de ne pas avoir de signes sortit fumer une cigarette dans le jardin.
Il se mit à crier pour nous appeler, nous a montré le ciel et là, dans cet azur très bleu sans aucun autre nuage, se dessinaient parfaitement les lettres TDY, pseudonyme choisi par Teddy pour son album !!!

Notre petit ange n’avait pas eu ici le temps de terminer un des morceaux prévus sur cet album ; il manquait un couplet avec sa voix et c’est son ami Antoine qui l’a courageusement « remplacé ». A plusieurs reprises, ce morceau s’est mis en marche tout seul dans l’ordinateur.
Il ne se passe pas un jour sans que je n’écoute l’album dans le lecteur DVD, et très souvent ce même morceau produit quelques bizarreries.

C’est au mois de décembre 2007 que j’ai entendu parlé des conférences de l’association Source de Vie Toulouse ; j’ai donc réservé une place sans savoir à quoi m’attendre ; c’est ce jour-là que j’ai eu confirmation de ma croyance en l’après vie ; j’ai été stupéfaite des contacts réalisés par Henry Vignaud, sublimes cadeaux de nos aimés venant par son intermédiaire nous donner des preuves, pourvues de signes de reconnaissance sur le fait que la vie continue de l’autre côté du voile.
J’ai également ressenti une atmosphère d’amour et d’entraide émanant des personnes bénévoles organisatrices de ces merveilleux moments ; hommes et femmes auxquels je n’exprimerai jamais assez ma reconnaissance pour m’avoir tant aidée par la suite en m’offrant leur amitié et en acceptant la mienne.
La salle était comble, chacun respectait le silence demandé, je sentais tout le monde en communion dans l’émotion.
Puis quelques jours plus tard je me retrouvais en rendez-vous privé avec ce merveilleux médium, le cœur battant, la gorge serrée mais persuadée que Teddy serait là. Sa présence était telle que Mr Vignaud n’a même pas eu besoin de photo pour la première moitié de l’entretien, m’annonçant tout de suite que mon fils était là, me disant qu’il était parti dans un accident de la route, qu’il faisait de la musique et qu’être arraché à son projet lui avait été très difficile au début, etc., etc.…
Il n’y a eu aucune erreur ; j’ai totalement reconnu mon fils dans tout ce qui a été dit.
Aussi suis-je repartie émerveillée, rassurée, prête à recommencer. Et chaque fois que je me suis retrouvée face à un des médiums invités par l’association, j’ai vécu de purs moments de bonheur.

Dans le même temps, je commençais à dévorer tous les livres traitant du sujet de l’après vie, y trouvant des signes que je connaissais et en découvrant d’autres que je ne reconnaîtrai que par la suite, quand ils se présenteraient à moi.
Les livres sont aussi une aide précieuse.

tdy_pourblog_copie_320x200_
Album de TEDDY

L’album de Teddy, son bébé, était là, réchauffant les cœurs de tous ceux qui l’aimeront toujours, heureux pour lui que nous ayons pu finaliser son projet ; je commençais donc à démarcher les radios et les journaux avec succès ; je remercie au passage Georges Tussing et son fils Nicolas, qui ont été les premiers à nous proposer une émission sur leur station de radio, (AXE SUD), en hommage à mon fils et à diffuser des morceaux de son album.

En parallèle, toujours incapable de reprendre une activité professionnelle, nourrie par ce besoin de faire tout mon possible pour le faire vivre au travers aussi d’une association humanitaire, je commençais à m’investir auprès d’enfants d’un village du Cameroun, mettant en place un système de parrainage scolaire et récupérant, tout ce qui pouvait être utile au village.

Tout serait bientôt en place et je pourrai donc me retirer pour rejoindre mon Amour.

Document_No_3-Flamme_bougie_8_cm_Resolution_de_l_ecran_320x200_50_Une bougie brûle en permanence pour Teddy et il se passe souvent de drôles de choses ; parfois elle crépite, d’autres fois la flamme semble danser de gauche à droite ou de bas en haut, je l’ai aussi vue à deux reprises s’allonger au point que j’ai placé à côté un mètre de couturière qui indiquait qu’elle atteignait parfois 8 cm.

Le 25 Mars 2007, le poste radio de la voiture se met seul en marche. De plus, si je l’avais allumé moi-même, c’est la musique de la cassette qui aurait été diffusée, vu qu’elle était enclenchée dans le lecteur.

Document_No_4-1er_T_cire_bougie_Resolution_de_l_ecran_320x200_50_Le 26 Mars 2007, la cire de la bougie forme un T.

Le 12 Avril 2007, la télé se met en marche seule aussi. Par la suite il arrivera d’autres moments où elle s’éteint et se rallume sans que quiconque y touche.

Le 13 Avril 2007, je suis en train d’admirer sur mon ordinateur la photo des nuages en forme de TDY quand je m’aperçois qu’on peut y distinguer le visage de mon fils ! Nombre de ses ami(e)s le reconnaissent aussi.

A cette période, nous commencerons tous à constater que très souvent un ou plusieurs papillons blancs s’approchent de nous, apparemment non apeurés, certains allant même jusqu’à se poser sur nous. Il m’est arrivé d’en rencontrer jusqu’à sept par jour. Lors des obsèques de Teddy, le Maître de cérémonie en avait remarqué un qui voletait près du cerceuil de mon fils et m’avait rapporté que cela se produisait pour des personnes particulières.
Il m’a également raconté que pour une petite fille que les parents surnommaient « papillon », un papillon blanc se trouvait dans sa chambre avant les obsèques, que l’insecte avait même suivi la cérémonie et qu’on l’avait capturé après pour le relâcher dans le jardin de la maison de cette enfant.
Il y a aussi les phénomènes d’odeur remarqués par les jeunes et moi-même ; odeurs fleuries, odeurs d’encens, le parfum de Teddy ainsi que sa douce odeur personnelle ; cela arrive dans la maison, dans sa chambre, dans les voitures, dehors et aussi dans les salles de classe.

Le 20 Avril 2007, je suis en train de lire, assise sur mon canapé, et je sens que l’on me touche les cheveux ; je sais que je ne me fais pas d’idée, car c’est très perceptible ; je ferme les yeux pour mieux apprécier et derrière mes paupières closes se dessinent des images de Teddy ; le moment est tellement tendre que j’ai tendance à m’assoupir et à laisser tomber ma tête vers l’avant à deux reprises et chaque fois,c’est comme si on m’envoyait des jets de fumée devant mes yeux fermés pour me réveiller, et les caresses continuent un très long moment.

Le 26 Avril 2007, je rêve…Teddy est allongé à mes côtés, je l’embrasse dans le cou, je sens que je le touche vraiment, je sens aussi son odeur ; tout est blanc, il n’y a pas de décor et personne d’autre que lui et moi…
Depuis, j’ai eu quelquefois ce même sentiment de l’avoir vraiment rencontré ; on a, dans ces moments là, des sensations de contacts physiques et de ressentis que l’on n’a pas dans les autres rêves avec d’autres personnes.

Le 30 Avril 2007, ma cousine était présente pour constater que les pendentifs du cœur et celui du T s’étaient entremêlés d’un manière impossible à expliquer et il était tout aussi impossible de les séparer l’un de l’autre ; je devais donc les porter chez le bijoutier le lendemain mais tout est rentré dans l’ordre tout seul, sans son intervention…

Le 3 mai 2007, l’essuie-glace de ma voiture s’amuse à s’arrêter mais repart gentiment quand la pluie s’accumule trop sur le pare-brise ; cela arrivera d’autres fois.
Je reconnais bien mon fils dans ce genre de farce, il était un gentil farceur de son vivant et j’ai appris que l’on garde notre personnalité après notre passage de l’Autre Côté.

Il y eu aussi la sonnette de mon portillon qui retentit sans personne pour l’actionner ; j’en étais proche et j’aurai vu les plaisantins si tel avait été le cas. (Teddy s’amusait très souvent à sonner pour me faire déplacer alors qu’il avait ses clés).

Le 13 Mai 2007, je me réveillais en pleine nuit avec une phrase qui tournait en boucle dans ma tête : « J’exécute différemment ma régression par divers modes de fonction »
Ne comprenant pas ce qui se passait, intriguée par l’étrangeté de cette phrase que je ne formulais pas moi-même, toute endormie, les yeux douloureux, j’allumais ma lampe, saisissait feuille et stylo et la recopiais.
Dès que j’en eu retranscris le dernier mot, une autre phrase est arrivée et ainsi de suite jusqu’à ce que plus rien ne vienne dans ma tête, et que mes propres pensées reprennent leur place.
J’ai passé toute la journée à essayer de comprendre ce qui arrivait et j’ai dû me rendre à l’évidence, Teddy, passionné d’écriture, m’avait transmis un texte genre rap ! Pourvu de rimes et selon ses amis musiciens, avec son style bien reconnaissable.
Son papa, la personne me connaissant le mieux atteste qu’il est absolument impossible que j’aie pu écrire ce genre de texte. Plutôt cartésien, ce furent, pour lui, avec les nuages, les deux phénomènes qui commencèrent à le faire s’interroger.
Durant les deux mois qui suivirent, dix autres textes m’ont été dictés ; deux en pleine nuit, les suivants au petit matin. (Vous pouvez lire un extrait dans le document ci-dessous).

Word - 21.5 ko

Le 26 Mai 2007, Yves Linès, Christophe Barbé, Cathy et Albert Archer m’ont invitée, à mon plus grand bonheur, à appeler Teddy par l’intermédiaire de la T.C.I.
Il y a eu des réponses de guides par exemple à ma question : « Est-ce toi Teddy qui me fait écrire ? » La réponse d’un guide a été la suivante : « Vous y venez » !
Le moment le plus fort a été celui où Yves pose la question : « Tu peux nous dire comment c’est, Teddy, là où tu te trouves ? » Et la réponse a été donnée par mon fils de sa voix exacte, avec son accent, son intonation et ses fameuses contractions ;

« j’vous rassure, je vous assure, on est dans l’vrai »

Par la suite, à la réécoute tous ses amis l’ont reconnu. Cette phrase en dit long sur les questions que l’on se pose, elle est pour moi la vérité que j’attendais et quand je suis au plus mal, je la passe et la repasse dans ma tête et elle a le pouvoir de me calmer.

Document_No8-T_plafond_chambre_Teddy_320x200_50_Le 10 Août 2007, je me trouve dans la chambre de Teddy devant l’ordinateur, mon autre chien est couché à ma gauche quand soudain, il se dresse et regarde en l’air dans le coin du plafond ; je lève aussi la tête et découvre un T que je ne m’explique pas ; ni soleil, ni lumière…

Nous arrivons au mois de Septembre 2007, je suis prête pour le grand départ ; tout ce que je voulais faire est lancé et peut continuer sans moi. J’ai lu et entendu à maintes reprises que je me retrouverai face à la souffrance que causerait à ceux qui restent mon geste fatal, mais peu m’importe, l’essentiel étant que Teddy soit heureux. Mon chagrin et le manque de lui me sont intolérables, je n’ai pas peur de cette autre souffrance dont on parle.
Mais mon neveu chéri est parti en Thaïlande pour un mois et on va devoir le rappeler ; il est déjà trop triste, je décide d’attendre qu’il soit rentré, qu’il ait au moins profité de ses vacances, lui qui est si meurtri aussi…
Le temps passe et je prévoie mon grand départ pour Janvier, désireuse de laisser passer les fêtes à mon entourage ; j’en profite pour finir de mettre tous mes papiers en ordre et peaufiner le « scénario » de mon départ.

Document_No9-Photo_album_sur_ecran_avec_Antoine_320x200_50_Le 3 Octobre 2007, par l’intermédiaire d’MSN, je fais un copier coller d’un document à Antoine ; je le vois donc s’afficher en bas de sa fenêtre et au moment où j’envoie, c’est la photo de l’album de Teddy qui s’affiche ! Je m’adresse à mon fils, lui disant que je pense que c’est un signe de lui et que si tel est le cas, qu’il veuille bien recommencer. Document_No10-Bisous_ecran_avec_Antoine_320x200_50_ Je fais donc un copier coller du même document ? Il s’affiche à nouveau dans la fenêtre d’Antoine et après l’envoi, nous nous retrouvons tous les deux avec nos écrans remplis de lèvres qui envoient des bisous !!!

Courant Octobre 2007, le papa de Teddy revient d’une semaine au Sénégal avec une photo sur laquelle on voit la personne qui lui a servie de taxi durant son séjour vêtue d’un tee-shirt sur lequel est inscrit « GENERATION TDY » !!! Document_No11-TDY_tee-shirt_320x200_ Ce Monsieur ne sait plus depuis quand il a ce vêtement ni d’où il vient, et tous deux ne trouvent aucune explication à cette inscription…

Le 2 Novembre 2007, je reçois un ami de Teddy auquel j’ai demandé de venir car un médium m’a donné son nom, m’expliquant qu’il a des problèmes et que mon fils veut que je l’aide.
Il ne sait pas pourquoi il est là et en parlant de tout et de rien, je me demande comment aborder le sujet car je tiens à lui dire la vérité, mais je n’ai jamais abordé le sujet de l’au-delà avec ce garçon.
Je me dis que je pourrais peut-être commencer par le début, à savoir les signes avec mes chaînes le jour de la cérémonie.
En même temps que je pense cela, je porte une main à mon cou et découvre que la chaîne tombée sous la douche, ce jour-là n’y est plus !
Affolée, je la cherche dans la maison et la retrouve sur moi ouverte ; elle a glissé dans mes vêtements.
Persuadée que c’est un signe de Teddy comme quoi je dois effectivement commencer par là, je raconte à ce jeune homme tout ce que vous avez pu lire jusqu’à maintenant, et jusqu’à en arriver à la raison de sa visite.
Nous avons dialogué pendant six heures, et en partant il m’a remercié, ravi de nos échanges.
Le lendemain, j’ai montré mon bijou chez le bijoutier qui m’a assuré que le fermoir n’avait aucun défaut…Mais je m’en doutais…

Le 12 Novembre 2007, la bougie fait un bruit sec tellement fort qu’une amie que j’ai à cet instant au téléphone l’entend !

Document_No12-2_eme_T_cire_bougie_Resolution_de_l_ecran_320x200_50_Le 22 Novembre 2007, la cire qui s’est écoulée de la bougie forme un deuxième T ; je suis ravie car le premier a disparu de l’endroit où je l’avais rangé.

Le 12 Décembre 2007, toujours sur MSN avec Antoine, je fais à nouveau un copier coller d’un document pour lui, je le visualise bien en bas de sa fenêtre et une fois l’envoi effectué, apparaît à sa place une photo de Teddy que je compte porter au cimetière pour Noël, puisqu’il y embrasse une statue du Père Noël lors d’un voyage scolaire.

Le 19 Décembre 2007 j’écoute un message laissé sur mon téléphone portable et le trouve si étrange que je l’enregistre sur des magnétophones différents avec et sans micro extérieur. J’en fais part à une amie qui vient écouter avec moi, et sur une durée de quatre secondes nous entendons une voix caverneuse inconnue prononcer :

« Ton fils…Il panique…Alors tu vois restes !!! »

Effarée davantage sur le fait qu’on me disait que mon fils était en panique plus que sur la « magie » de ce qui se passait, je demeurais de longues heures à pleurer…Moi qui le pensais si bien…
Puis comme si je me réveillais, j’ai enfin compris le sens de cette phrase ; Teddy paniquait car il savait que je voulais mourir !!!
C’est ainsi que j’ai abandonné cette idée sur le champ, que je lui ai parlé, l’ai supplié, lui ai promis de « rester » pourvu qu’il arrête de paniquer.
C’était insupportable de l’imaginer dans un mal-être que j’avais provoqué.
Et je remercie souvent l’au-delà de m’avoir fait comprendre que mon bébé était mal et que je pouvais y remédier !
Même si je n’avais toujours pas envie de vivre sans lui ici, je savais que jamais plus je n’aurais cet obscur projet…Par amour pour lui, j’en serai capable.

J’ajoute que le numéro sous lequel m’a été laissé ce message était celui de la Radio Axe Sud ; j’avais donc appelé Mr Tussing qui m’a assuré que la radio était fermée ce jour là !
Par la suite, il a reçu la facture détaillée des appels téléphoniques passés depuis la radio et effectivement, ce jour là, pas plus à cette heure là qu’à une autre, il n’y avait aucune trace d’un appel…

Le 3 Janvier 2008, je suis assise sur un fauteuil une amie est face à moi sur le canapé quand d’un coup la balle de mon chien saute de sa panière et roule devant nous alors que l’animal ne s’y trouve pas…

Le 4 Février 2007, dans mon sommeil, nous sommes ensemble, Teddy et moi, enlacés, nous nous embrassons, on marche et on parle ; je ne pouvais m’empêcher de pleurer ; Teddy me dit alors qu’il faisait des allers et retours et d’autres paroles que j’avais oubliées à mon réveil.

Document_No15-Coeur_cire_bougie_Resolution_de_l_ecran_320x200_50_Le 18 Février 2008, la cire de la bougie forme un cœur.

Le 4 Avril 2008, au moment de partir pour la conférence du mois à Source de Vie Toulouse, avec mon amie Sylvie, je m’entends lui dire sans l’avoir réfléchi « c’est parti mon kiki ! » et je me mets à lui raconter que j’adorais dire cela à Teddy quand il était petit parce qu’il me répondait toujours « Non ! toi, tu dois dire, c’est parti ma zézette ! » Après nous être garées, marchant en direction de la salle de conférence, Sylvie cherche dans sa poche un papier qu’elle veut me montrer et quand elle l’en sort, il y a une autre feuille à l’intérieur de la première.
Sylvie, bouche bée, me montre ce papier inattendu ; c’est une recette de cuisine appelée « zézette » !!!
Mon amie m’a confirmé qu’elle détient cette recette depuis longtemps mais elle m’a assuré que sa poche était vide quand elle y a déposé l’autre papier qu’elle voulait me montrer et l’avoir plié en quatre elle-même !

Le 7 Avril 2008, comme dernièrement, mon chien endormi se dresse et regarde au-dessus de ma tête ; je la lève et constate qu’il y a de nouveau un dessin sur la plafond de la chambre de Teddy. Je le prends en photo mais ne peut dire ce qu’il représente… Document_No16-Plafond_chambre_Teddy_Resolution_de_l_ecran_320x200_50_

Le 30 Avril 2008, je me rends au cimetière porter des roses et du muguet puisque le lendemain est le jour anniversaire de naissance de Teddy, et que je préfère venir la veille pour être seule. Je dispose de petits cailloux autour du muguet pour le caler dans le vase mais ça ne suffit pas.
Document_No_17-Pierre_cimetiere_Resolution_de_l_ecran_320x200_50_J’en cherche donc de plus gros et sans savoir pourquoi, alors qu’il y a beaucoup de cailloux devant le caveau, je vais regarder à l’arrière ; et, merveille, une pierre en forme de cœur me saute aux yeux.
Par la suite j’ai réfléchi au fait que je sois allée voir à l’arrière du caveau sans raison apparente et j’en ai déduis que ma pensée a été guidée.
J’aurais, à d’autres reprises, la même conviction.

Document_No18-Pierres_coeur_jardin_Resolution_de_l_ecran_320x200_50_Le 3 Mai 2008, je ramasse deux pierres en forme de cœur dans mon petit jardin.

Le 7 Mai 2008, je me décide à acheter de nouveaux coussins pour les sièges de la maison sachant que ce sera difficile de jeter les anciens car j’ai beaucoup de mal à remplacer tout ce que Teddy a utilisé.
Fière de ma force, je réalise que si j’avais vu un canapé comme je les aime, je me serais aussi décidée ; le nôtre est en piteux état mais j’ai tant de souvenirs visuels de mon fils endormi, ou allongé paresseusement dessus que j’en étais incapable jusqu’à maintenant. Donc, en rentrant à la maison, je consulte les canapés sur catalogue puis sur Internet ; ils s’affichent les uns au dessous des autres et je les trouvent bien tristes jusqu’au moment où je m’arrête sur le seul qui est très coloré et très gai ; quelle ne fût pas ma surprise de voir que la référence était : CANAPE TEDDY !!!

CANAPE_TEDDY_50_320x200_

Quelques jours plus tard, quand j’en montrais la photo au papa de Teddy, il remarqua le prix dont les chiffres correspondent exactement à la date de départ de notre fils…
C’est Antoine qui, surexcité par sa conviction d’un signe de Teddy m’a convaincue d’acheter ce canapé que nous sommes allés chercher ensemble avec mon neveu, après qu’ils m’aient gentiment accompagnée à la décharge porter l’ancien.
Nous sommes certains que Teddy a fait ce qu’il fallait pour m’aider à me séparer du vieux canapé chargé de jolis souvenirs…

Le 9 Mai 2008, le papa de Teddy me raconte qu’il s’est rendu dans la nuit sur les lieux de l’accident ; la radio diffusait une chanson et à environ 300 mètres de l’endroit où l’on se gare, il dit dans sa tête à notre fils que ce serait joli s’il pouvait entendre le morceau de musique que Teddy adorait et que nous avons choisi pour l’entrée dans l’église.
La musique qui passait à ce moment là se termine et c’est le fameux morceau souhaité qui commence … !

Le 14 Mai 2008, je me trouve dans les locaux de la Radio Axe Sud et mes yeux se portent sur un assez grand écran affichant l’heure et que je n’avais jamais remarqué jusqu’à ce jour ; au moment où je l’ai vu, 17h09 était affiché…les chiffres de la date du départ de Teddy.

Le 15 Mai 2008, le temps de croiser un Monsieur qui s’adresse à une dame, j’entends : « on appelle la responsable Zézette mais ce n’est pas son vrai nom » !

Ce jour-là aussi, je m’aperçois d’un phénomène à peine croyable : Un an après Teddy, Vincent, un de ses meilleurs amis, nous a quitté dans les mêmes conditions ; depuis, je mets régulièrement une photo de tous les deux au cimetière, la remplaçant quand elle s’abîme.
Voilà quelques jours que j’ai donc changé la photo pour en mettre une neuve mais il y avait un tel vent que le papier adhésif transparent que j’ajoute par-dessus s’est collé de travers,faisant des bulles ;rageant contre moi-même, j’appuie et je frotte tentant de chasser l’air mais je fais bien pire, j’abîme la photo en raclant avec mes ongles ; il y a même un morceau de papier photo déchiré au niveau de la bouche de Vincent ; je pars les tripes nouées de ce résultat .
Je reviens donc ce jour là avec une photo neuve en vue de remplacer la dernière abimée et je la découvre parfaite !!!
N’en croyant pas mes yeux, je téléphone même aux quelques personnes qui auraient éventuellement pu changer la photo mais non, personne n’y a touché !
Puis de toute manière, je reconnais bien la façon dont s’est collé le papier transparent, de travers par rapport à la photo… !

Le 6 Juin 2008, une amie que je vois peu m’offre de très jolies fleurs ; elle me raconte qu’elle a demandé à Teddy de l’aider à choisir un bouquet qui me plaise. Dans ce beau bouquet, il y a des tournesols, fleurs préférées de mon fils et des papillons…

Le 20 Octobre 2008, de retour à la maison après un sublime rendez-vous privé avec le médium Henry Vignaud, accompagnée d’un ami de Teddy, nous écoutons la cassette et y découvrons deux passages de deux ou trois syllabes sur lesquelles nous reconnaissons la voix de mon fils !!!

Sur le premier, on l’entend dire : « C’est moi ! »

Le 7 Novembre, mon neveu Fabien et Antoine viennent dîner pour me raconter leur voyage d’un mois au Pérou.
Le lendemain, me promenant, je me trouve « par hasard » dans une pépinière.
Le magasin organise une journée adoption des chats d’un refuge Toulousain.
Sur le ton de la plaisanterie, je demande à une des bénévoles du refuge s’il y en a un dans le lot qui aime les chiens.
Elle me dirige vers un minou dont elle dit qu’il est la gentillesse personnifiée, et qu’après 3 mois passés en cage, il est actuellement en famille d’accueil en compagnie de deux chiens. J’arrive donc devant la cage de ce chat et regarde l’étiquette placée devant : « Pérou »- 8 mois !!!
Pendant que je discutais des modalités pour une éventuelle adoption à l’essai, mon chien a aboyé ; tous les chats se sont dressés, les yeux fixés sur lui ; seul, Pérou est resté zen ! J’ai donc adopté ce super mimi et je suis convaincue que c’est Teddy qui a organisé la rencontre.
Preuve est qu’aujourd’hui, Pérou nous donne beaucoup d’amour que nous lui rendons bien !

Me voici à la fin de ce témoignage, heureuse de partager, espérant avoir pu redonner un peu d’espoir à celles et ceux qui en ont tant besoin.

Je remercie infiniment les membres de l’association « Source de Vie Toulouse » pour m’avoir donné la possibilité de m’exprimer et de vous dire combien, à présent, je sais que l’amour ne meurt jamais, qu’il n’a pas besoin de corps physique et que j’ai la certitude d’être attendue par mon Teddy, comme vous par vos aimés dans cette autre dimension sur laquelle je n’ai plus aucun doute.

Unicode

Et pour terminer, je citerai cette phrase si juste que j’ai relevée je ne sais plus où :

« La science ne peut pas tout expliquer ; l’important, c’est le résultat »…

printemps